La pêche

L'essentiel de la pêche se pratiquait en mer, entre la côte et les îles Saint Marcouf, et la Hougue. Un certain nombre de rochers (Iles St Marcouf, Roches Baveskien au large de Quinéville) était également source de profit pour les populations riveraines. Les pêcheurs ramenaient de la petite morue, du maquereau, du lieu, du rouget, du merlan et de la lotte.

Le littoral s'étendant entre Quinéville et les roches de Grandcamp était le domaine privilégié de la pêche aux coques et de la moule sauvage que les pêcheurs ramassaient notamment sur les rochers. Les estivants s'adonnaient également à la pêche.

              

 

Les moules comptaient pour près de 20% dans le revenu des pêcheurs de la côte. Dès la marée basse, les pêcheurs abandonnaient leur Doris (petite barque) pour remplir leur panier d'osier de moules sauvages fort appréciées dans la région.

              

 

Les coquillages étaient eux spécialement recherchés sur les Iles St Marcouf. Plusieurs familles s'étaient, avant la Première Guerre Mondiale, spécialiseés dans cette pêche. Les Iles étaient également un abri sûr pour les pêcheurs de la côte, surpris par la météo.

  

 

La pêche à la crevette était également une des activités de la pêche à pied.

       

 

Le ramassage du varech était un appoint important pour les riverains car la vente pour l'engrais des terres ou la fabrique de matelas (à l'armée principalement) était fort rémunératrice.

  

 

Les barques avaient toujours trois hommes à bord. L'un tenait le gouvernail, les deux autres relevaient casiers ou filets et assuraient l'envoilage, suivant les vents.

        

 

Le havre de la Sinope a toujours été un refuge pour les bateaux, car la côté plate ne pouvait protéger le précieux gagne-pain contre les tempêtes.

              

 

Une fois pêché le poisson était d'abord vendu sur la grève, dès le retour du "picoteux". Il était impatiemment attendu par une cohorte de vendeurs qui partaient ensuite dans les hameaux voisins pour vendre les produits, qui ne pouvaient se conserver bien longtemps. A partir de 1900, les estivants furent, de mai à octobre, le principal débouché des pêcheurs de la côte.

              

 

Des marchandes du pays faisaient aussi du porte à porte dans les villages voisins. La femme devait assurer la vente des produits de la pêche de son homme.

  

 

Types de pêcheurs

              

 

 

                                                                                     source texte : Sainte Mère Eglise et son canton, Michel Hébert, Maurice Lecoeur, Ed.Ch. Corlet,1998 Le Canton de Montebourg, Michel Hébert, Ed. Ch. Corlet, 1994

Date de dernière mise à jour : 22/08/2012

Accueil      Cpa Ravenoville      Cpa St Germain de Varrreville      Cpa Quinéville        Cpa Les Gougins       Cpa Foucarville     Cpa Iles St Marcouf

Quizz - Connaissez-vous bien Ravenoville ?

Ajouter au favoris

© 2011- 2012 Eric Dragée - Toute reproduction interdite - Tous droits réservés.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×